Ekman thérapie et fibrolyse diacutanée à Paris 17

Certaines personnes souffrent de troubles musculosquelettiques, certes modérés, mais qui peuvent représenter un véritable handicap au quotidien. C'est pourquoi des techniques ont été développées afin de leur faciliter la vie. Parmi ces dernières, nous pouvons citer la fibrolyse diacutanée, aussi appelée crochetage d'Ekman. Celle-ci est mise en oeuvre au sein de notre cabinet de kinésithérapie, installé à Paris 17e.

N'hésitez pas à nous contacter pour planifier un rendez-vous !

La fibrolyse diacutanée : qu'est-ce que c'est ?

La fibrolyse diacutanée est une technique thérapeutique complémentaire à la kinésithérapie. D'après certains auteurs, cette méthode permet de traiter des algies de type « mécanique » de l'appareil locomoteur par essai de destruction des petites adhérences et corpuscules irritatifs myo-aponévrotiques.

Cette approche nécessite l'utilisation d'un « crochet » qui permet de travailler certaines structures anatomiques inaccessibles aux doigts. Par traction brève, située en fin de mouvement palpatoire, la manoeuvre permettrait de rompre les fibres conjonctives responsables d'adhérences.

Le relâchement musculaire perceptible par le thérapeute utilisant cette technique a suscité notre intérêt. Nous avons donc entrepris cette étude afin d'objectiver un éventuel effet de la fibrolyse diacutanée sur la régulation de la boucle réflexe segmentaire et tenter de mieux comprendre les mécanismes sous-jacents.

Quels résultats pour cette technique ?

Les résultats observés par notre cabinet de kinésithérapie, à Paris 17, ont mis en évidence une diminution de l'amplitude du réflexe H pendant la fibrolyse. Cependant, dès la manoeuvre terminée, le rapport Hmax/Mmax retrouve immédiatement des valeurs proches des valeurs initiales.

Le réflexe tendineux est, par contre, significativement réduit après le crochetage. Parallèlement, nous avons observé un gain de mobilité de la cheville suite au crochetage qui perdure 30 minutes après la manipulation.

Sans exclure d'éventuelles adaptations nerveuses, il ressort de cette étude que les modifications mécaniques seraient principalement responsables de l'augmentation d'allongement de la structure musculo-tendineuse.

Consultez également :